Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Honneur et Patrie

Honneur et Patrie

541 975 - Ce blog est dédié aux Troupes AéroPortées d'hier et aujourd'hui (et pas que) et par St Michel, vive les Paras !


14-Juillet. Les hélicos des Forces Spéciales à l'honneur

Publié par Honneur et Patrie sur 16 Juillet 2013, 07:21am

Catégories : #Forces Spéciales, #Commandement des Forces Spéciales COS

 

Le 4e RHFS basé à Pau, une unité d'élite demain, dans le défilé aérien.

Le 4e RHFS basé à Pau, une unité d'élite demain, dans le défilé aérien.

En bordure de l’aéroport de Pau, une grille ordinaire dont le sas de sécurité débouche sur des bâtiments résolument anonymes. Ici ? L’extrême discrétion fait en effet partie des traditions. Mais… «Nulle part sans nous» prévient la devise accompagnant l’étoile, les deux ailes et l’arbalète de l’insigne régimentaire.

Car ici, c’est le 4e Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales, «unité qui appartient à la Brigade des Forces spéciales Terre mais qui, dépendant directement du Commandement des opérations spéciales (COS), a pour spécificité d’être “interarmées”, c’est-à-dire de servir l’ensemble des Forces Spéciales françaises pour les transporter et les appuyer au combat. Cela comprend donc le 1er RPIMa de Bayonne ou le 13e RDP de Souge, nos deux régiments FS de l’armée de Terre en Aquitaine, mais aussi les commandos marine, les commandos de l’air ou le GIGN et le RAID pour les missions de sécurité intérieure», précise son chef de corps.

Un grade : colonel. Un prénom : Arnaud. Mais pas de nom… Pour armer et piloter ses quarante hélicoptères de manœuvre (Puma, Cougar, Caracal) et de combat (Gazelle et Tigre), il a 300 personnes sous ses ordres, «et que des opérationnels», souligne-t-il. Force de frappe que le grand public a surtout découverte le 11 janvier dernier, lors du déclenchement de l’opération Serval, au Mali comme ce jour-là, le 4e RHFS était en première ligne pour détruire la colonne de djihadistes qui menaçait le sud du pays, perdant dans l’engagement l’un de ses pilotes, le chef de bataillon Damien Boiteux.

De fait,«nous sommes tous conscients des risques de notre métier», rappelle le chef de corps... Le recrutement ? Que des volontaires, d’ailleurs, issus de l’Aviation légère de l’armée de terre (ALAT) ou de l’Armée de l’Air. Et «resélectionner des pilotes déjà sélectionnés n’est pas forcément facile. Tests psychologiques, physiques, capacité à travailler en équipe: i

14-Juillet. Les hélicos des Forces Spéciales à l'honneur
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents